Est-il possible de prévenir l’apparition des symptoms de la maladie et se protéger de la contamination par le coronavirus Covid19?

Sans nier le danger que représente tout microbe pathogène sur un terrain dont les défenses immunitaires sont affaiblies, des solutions fiables, durables et testées scientifiquement existent pour se prémunir et détruire la plupart du temps l’ensemble les processus infectieux ou inflammatoires d’origines diverses avec une plus grande efficacité que les molécules de synthèse.

Il est bon de rappeler à cette occasion l’importance de la phrase qu’Antoine Béchamp a dit à Pasteur alors qu’il se trouvait sur son lit d’hôpital:

“ Le virus n’est rien, c’est le terrain qui est tout”.

En effet, un terrain faible et intoxiqué est la porte grande ouverte à la prolifération de microbes pathogènes et non pas le contraire comme la médecine académique veut nous le faire croire depuis l’avènement du pasteurisme et la peur du virus qui en est injustement à l’origine.

Sept causes à l’origine de l’hystérie qui s’est emparée des esprits au point de destabiliser l’ensemble des institutions et de mettre en péril le système économique mondial?

1. La rapidité avec laquelle le virus s’est diffusé.

2. Le manque de place d’hospitalisation, d’information et de formation du personnel médical pour accueillir en urgence les personnes contaminées.

3. La partialité, le manque de rigueur des informations, le sensationnalisme délivrées à profusion et sans discernement par les médias.

4. La surprise et l’impuissance du milieu médical pour traiter efficacement les malades atteints par le virus.

5. Le refus par les pouvoirs publics et le milieu médical de reconnaître l’efficacité avérée de certains médicaments ou de produits naturels disponibles peut coûteux immédiatement au détriment de la recherche d’un vaccin hypothétique qui rapporterait des milliards aux laboratoires pharmaceutiques.

6. L’ignorance et souvent le refus par le public d’une vraie prévention à faible coût, par le changement des habitudes alimentaires et de l’hygiène de vie ( tabagisme, mal-bouffe, excès de sucre et d’alcool, stress, sédentarité, peur ).
Ce n’est pourtant pas faute de manque d’informations fort médiatisées depuis de nombreuses années et le développement exponentiel des maladies de société ou auto-immunes telles que diabète insulino-dépendant, obésité, sclérose en plaque, troubles de la thyroïdes, syndrome du colon irritable, maladie de Crohn etc…

7. La croyance sans discernement aux rumeurs véhiculées par les réseaux sociaux et la presse internationale pseudo-scientifique.

La peur qui régit le monde et la solitude sont oh combien plus dangereuses qu’un virus.

Rappelons que 99,9% des chinois n’ont pas été atteint par le virus.

96% des personnes atteintes en Europe se rétablissent sans séquelles.

3% à 5% des personnes décédées sont pour la plupart très âgées, en état de faiblesse immunitaires avec des pathologies rénales, cardiaques ou respiratoires préexistantes.

Toutefois, la virulence du microbe sur les terrains fragilisés est une réalité et il convient d’agir avec rapidité et intelligence sans céder pour autant à la panique.

Le profil des personnes touchées 

Selon le site Alerte Santé du 16 mars 2020

Gardez en tête, que :

  • 10 personnes contaminées sur 12 ont entre 12 et 70 ans [8]. Les enfants sont épargnés (mais on ferme les écoles…) ;
  • le taux de mortalité chez les moins de 40 ans est de 0,2 % [8] ;
  • 80% des personnes décédées avaient plus de 60 ans [8] ;
  • 64% des personnes décédées étaient des hommes [8] ;
  • En France, la plupart des personnes décédées ont plus de 80 ans. L’enseignant décédé à 60 ans dans l’Oise représente une exception.
  • Le taux de mortalité du virus (6%) est plus faible que celui du SRAS (10%) d’il y a quelques années .

Par ailleurs, selon une étude chinoise sortie il y a quelques jours [8] :

  • la présence de maladies cardiovasculaires augmenterait le risque de mortalité de 10,5%,
  • un diabète de 7,3%,
  • une maladie respiratoire chronique de 6,3%,
  • une hypertension de 6%,
  • un cancer de 5,6%.

Les personnes déjà malades ou très âgées ont donc un risque lié aux maladies infectieuses, dont celle-ci. Ces personnes-là doivent être protégées.

Enfin, notez que ce n’est pas nécessairement le virus qui tue. Souvent, il vient affaiblir un système immunitaire déjà à l’agonie.

Quelles mesures pour quels effets ?

Sur le plan curatif

Il n’existe aucun traitement pour ce type de virus qui d’ailleurs n’est pas plus agressif que celui de la grippe sauf pour les terrains prédisposés avec un état général et immunitaire affaibli, qui concerne des personnes pour la majorité âgées de plus de 75 ans.

But : Lutte contre l’infection, amélioration de l’oxygénation, stimulation immunitaire.

  • Le lavage des mains, le port du masque et l’isolement sont réellement utiles uniquement chez les personnes contaminées.
  • Dans les cas dont l’état de santé est jugé modéré à sévère, le Pr Didier Raoult, interrogé par la revue Science et vie confirme l’efficacité d’un antipaludique bien connu et peu coûteux, la chloroquine, utilisé avec succès en Chine à condition qu’il soit administré sur une période courte pour éviter deux effets secondaires potentiellement dangereux. Il est toutefois regrettable que l’utilisation de ce médicament soit volontairement ignorée en Europe et particulièrement en France.
  • La complémentation thérapeutique par la diffusion dans l’air et l’aérosolthérapie avec des huiles essentielles chémotypées aux actions puissantes antivirales et antibactériennes seraient forts indiquées mais très peu de chefs de services en sont conscients alors que quelques hôpitaux en France pratiquent cette méthode avec succès.
  • Vit C : 4 à 8 gr / jour à répartir sur la journée.
  • Fabrication des anticorps et stimulation de l’immunité : Vit D : 1500 à 3000 UI / jour
  • Citrate de Zinc sous forme de Zyma-D 10’000 UI / jour
  • Inhalation : Laurier Noble 1 à 2 gouttes sur les poignets et inhaler les mains en cathédrale 3 à 4 /jour

Sur le plan préventif chez l’adulte et l’enfant.

But : Renforcer prioritairement le terrain immunitaire, rééquilibrer le biotope intestinal, favoriser l’oxygénation, lutter contre le stress.

Durant la pandémie :

  • Hygiène régulière des mains et de la bouche.
  • Isolement des personnes à la santé fragile mais importance du maintien du contact familial.
  • Vitamine D (minimum 2000 UI par jour)
  • Vitamine C de préférence par le biais des légumes et des fruits (de 1000 à 2000 mg par jour)
  • Chlorure de magnésium (5mg à 10mg par jour)
  • Thé chaud
  • Huiles essentielles chémotypées anti-infectieuses par voie buccale, cutanée et respiratoire

( Laurier Noble, Ravintsara, Tea Tree en synergie) 1 à 2 gouttes sous la langue 3 à 4 / jour

3 semaines sur 4 pendant maximum deux mois.

3 à 4 gouttes sur le plexus solaire ou la plante des pieds 3 à 4 fois par jour

Inhalation : Laurier Noble 1 à 2 gouttes sur les poignets et inhaler les mains en cathédrale 3 à 4 /jour

En entretien sur le moyen et long terme

  • Même protocole que précédemment plus :
  • Nettoyage des humeurs, stimulation émonctorielle, restauration de la muqueuse et de la flore intestinale, retrouver l’équilibre psycho-émotionnel et spirituel, recouvrance d’une hygiène de vie saine.

Dans tous les cas, pour les personnes qui connaissent la fidélité, la bonté et la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ, persévérer sans relâche dans la prière et intercéder pour la guérison des malades et pour les autorités médicales, politiques, spirituelles de chaque pays afin qu’elles soient guidées et conduites par l’Esprit-Saint pour que soient prises des décisions justes, cohérentes, efficaces.

Etre en bonne santé de signifie pas systématiquement l’absence de maladie mais :

Un terrain biologique et psychologique sains et des défenses immunitaires fortes est la meilleure arme naturelle pour se défendre avec puissance et confiance contre les attaques microbiennes, environnementales et parfois médiatiques et pour vieillir en bonne santé physique et mentale jusqu’à un âge avancé.