A propos de moi

D’où je viens

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.” ( Génèse 1-27 ).

Me croiriez-vous, si je vous disais qui je suis en vérité ou ce que je suis devenu ? Les personnes qui m’ont connu « avant » me reconnaîtraient- elles où bien me prendraient-elles pour un fou ou un illuminé ?
Cependant, depuis ce jour inoubliable d’août 2014, j’ai vécu LE miracle de ma vie car tout en moi et pour moi est devenu nouveau, transformé, épuré.
Je découvrais à mon grand soulagement que mon ancêtre n’était pas le singe comme l’école continue de manière erronée à l’enseigner.

Mais que contrairement à la piètre image que j’avais de moi depuis l’enfance jusqu’à me percevoir en grandissant comme un être abjecte indigne de bonheur et de réussite, à en croire la parole de Dieu, comme vous l’êtes vous-même, un être merveilleux, créé à l’image de Dieu.

Le croyez-vous?

A moins que vous préfériez, comme le pensais Darwin, vous identifier à un corps né par hasard de la matière inerte, constitué d’un assemblage de cellules issues d’un être unicellulaire invertébré originel commun à toutes les espèces vivantes qui vient de nulle part et évolue sans raison vers un futur inconnu.
Quel sens aurait alors de corriger les imperfections de votre peau ou de votre corps si vous ignorez votre devenir ?

Avant d’ouvrir délicatement le voile du présent, j’aimerais vous surprendre et vous interpeler par la même occasion, je ressens la nécessité de vous ouvrir mon cœur avec franchise et pudeur par le partage de quelques bribes de mon histoire personnelle, tristement banale et pourtant fort répandue, à travers laquelle nombre d’entre vous vont se reconnaître.
En effet, certains aspects de mon passé risquent de réveiller en vous des souvenirs anciens, certains profondément enfouis, d’autres refoulés mais tous éminemment pesants sur la balance de la vie.

Les premières cicatrices

Tout petit déjà, je me sentais balloté, malmené d’un bord sur l’autre comme un voilier à la dérive en pleine tempête familiale, les yeux remplis de larmes, le cœur meurtri, à la limite de sombrer, étourdi sous la violence et la haine insensée de ceux qui n’ont pas eu, par maladresse, par ignorance ou par méchanceté la capacité ou la volonté de me guider avec patience et tolérance, inconscients de l’existence de l’amour et du pardon.

Par bonheur, malgré les plaies béantes de l’âme, les blessures, les brisures, les tortures émotionnelles, paralysé de frayeur durant la nuit, habité par la crainte de perdre ou de me perdre, l’esprit encombré de pensées suicidaires, les pires moments de notre existence ne peuvent résister indéfiniment, Dieu merci, face à la puissance et l’amour de Celui qui a donné son fils unique en sacrifice pour apporter à ses enfants égarés et désespérés le miracle de la vie, de la liberté et du salut.

Un appel, une mission, une vocation?

« L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance ;2 Pour publier une année de grâce de l’Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu ; Pour consoler tous les affligés ; »
Esaïe 61.1-2

Je me suis longtemps interrogé sur la source qui m’a donné une si impensable capacité de résilience pour des forces humaines tellement limitées, une attirance indicible pour les laissés pour compte, les rejetés, les faibles, les incompris, et un désir ardent de combattre toute forme de souffrance et d’injustice, de prendre soin de la santé de mon prochain, de partager mon expérience et donner mon temps et ma vie pour porter secours aux âmes égarées dans le sombre désert de l’ignorance, en quête de guérison, de liberté et d’espérance.

L’alchimie des épreuves

Aujourd’hui, je découvre que ce fut une bénédiction d’avoir été confronté dès le plus jeune âge à la douleur, à la solitude, à l’injustice, à la tristesse, à la honte, à la peur de la mort et de l’abandon car à travers la souffrance et l’injustice, Dieu m’a donné la capacité de toucher du bout du cœur les âmes meurtries et d’en mieux saisir les souffrances inexprimées ?
Peu importe la force des qualificatifs utilisés pour traduire l’intensité des maux, car souffrir est une affaire de cœur et seul celui qui en est la proie peut en percevoir l’étendu insondable et sa véritable intensité.

Seuls l’amour, l’écoute bienveillants et un cœur de compassion peuvent accueillir sans jugement l’expression d’un sentiment intense et inexprimable de vide, d’isolement, de néant, d’angoisse, d’incompréhension qu’aucun traitement, aucun médicament, aucune personne aussi bien intentionnée soit-elle ne semble pouvoir combler.

Des questions existentielles difficiles

Comme ce fut le cas pour moi durant plus de 50 ans, ces questions douloureuses restées longtemps sans réponses ne vous ont – elles également jamais effleuré l’esprit ?

Pourquoi les mêmes problèmes se reproduisent-ils comme une fatalité, un engrenage infernal qui annihile toute espérance ?
D’où viennent les allergies, un stress, une angoisse ou des émotions incontrôlables, des douleurs cutanées ou musculaires apparus sans raisons valables et qu’aucun onguent n’arrive à calmer ?

Comment oser et à qui avouer ses excès, ses addictions à l’alcool, à la cigarette, à la masturbation, à la pornographie, au sexe, au sport, au jeu, à la nourriture, aux achats compulsifs, le besoin de mentir, de paraître, de séduire, d’être le plus beau, le(a) meilleur(e), le(a) plus fort(e), le(a) plus riche le(a) plus intelligent(e) ?
Que puis-je faire pour ne plus me sentir laid(e), coupable, dévalorisé(e), honteux(se), rejeté(e), mal dans ma peau ?
Comment et à qui exprimer mon désarroi avec suffisamment de force et de sincérité pour être entendu(e), compris(e), secouru(e) ?
Qui pourrait voir et comprendre la profondeur insondable de ma douleur ?
Quelqu’un serait-il capable d’entendre l’étourdissant silence qui me paralyse ou m’oblige à dire ou à faire des choses que je ne veux pas ?
Pourquoi, malgré les sommes exorbitantes dépensées, rien de ce que j’ai essayé n’a marché ?
Serai-je un jour heureux(se) ?
Comment retrouver confiance après avoir été déçu(e) par mes meilleur(e)s amis ?
Comment aimer quand on a soi-même tellement manqué d’amour ?
Sera-t-il possible un jour de me pardonner ou de pardonner à ceux qui m’ont fait souffrir ?
Comment aider son prochain quand on croit être plus malade que ceux que l’on désire soigner ?
Comment se sentir paisible lorsqu’on est prisonnier de son passé et contaminé par la peur ?

Une multitude de solutions mais…

Où trouver une réponse satisfaisante, complète et durable dans un monde façonné par l’orgueil, le mensonge, les passions de la chair, la compétition, la convoitise et l’appât du gain ?

Avec l’énergie du désespoir, j’ai cru trouver des solutions dans plusieurs thérapies médicales, alternatives, énergétiques, spirituelles, ésotériques, qui vantent leurs effets magiques et miraculeux, par la pratique intensive du sport, par des changements alimentaires drastiques, par le suivi rigoureux de préceptes enseignés par les religions orientales (bouddhisme, hindouisme), par la discipline de la méditation durant des mois, par le jeûne, les consultations auprès de guérisseurs réputés, d’astro-numérologue ou de tarologue, par les efforts douloureux que m’imposaient le maintien des positions incongrues du yoga, par la lecture de nombreux récits sur le développement personnel, la maîtrise de la communication non violente, … en vain.
Malgré la persévérance, la rigueur et la discipline avec lesquelles je m’appliquais à rechercher la perfection en chacune de ces disciplines magiques, je n’ai jamais pu rentrer en connexion avec la joie, la paix, la confiance ou le salut de mon âme.
Bien au contraire, malgré ma bonne volonté et des efforts surhumains, plus je persistais dans la voie de l’auto-guérison et de l’autonomie, plus l’insatisfaction et la peur grandissaient.

Des erreurs, un combat, un parcours de vie

Les défis les plus fous, les réussites aussi fulgurantes qu’éphémères, les échecs cuisants se sont succédés sans relâche comme des montagnes russes qui étirent leurs courbes chaotiques et sombres à l’infini.
Aveuglé par le désir de réussir seul face à l’adversité, par la puissance perverse de l’orgueil, par la quête d’une reconnaissance sociale et l’exigence de masquer l’intensité de la peur qui me rongeait, j’étais contraint à montrer une image de soi encore plus déformée, à me cacher sous un visage hypocrite d’humilité, de force, d’intelligence, d’intégrité, de courage, d’adaptabilité, de détermination pour ne pas décevoir et perdre mes « fans ».
J’avais en outre le besoin maladif d’aimer à n’importe quel prix pour tenter de combler la honte de soi, de donner sans cesse, de donner trop, de donner sans rien demander en retour par peur de ne pas donner assez au risque d’être démasqué, rejeté, abandonné.

A cette époque, je n’avais pas assez de discernement pour comprendre que toute cause produit un effet proportionnel à l’intensité de la peur et à la puissance du contrôle qui tente de la contenir.

Le jour fatidique arriva au moment où je m’y attendais le moins et alors que la victoire semblait acquise.
C’est alors que survînt, pareil à un « lion dévorant » le tsunami impensable, inimaginable, inéluctable qui anéantit en une journée tous les fruits du travail construit dans la douleur durant des décennies, laissant derrière moi un champ de ruines et devant moi, un vide existentiel insondable avec l’unique désir d’en finir une bonne fois pour toutes, las d’une vie qui n’avait plus désormais ni couleur, ni goût, ni sens…

A bout de force, seul, sans travail, sans logement, ruiné, désespéré, c’est grâce à l’amour pour mes enfants que j’ai retrouvé de manière surnaturelle le courage et la force de me confronter jour après jour à l’épineuse et amère réalité de la vie, pour tenter de me libérer du poids de la honte et de l’échec, chercher à guérir les douleurs de l’amertume, accepter d’avoir droit à l’erreur, découvrir la puissance du pardon.

La réconciliation

Animé et guidé par une soif inassouvie d’apprendre pour comprendre les merveilles de la vie, les mystères de ma vie et les arcanes de la maladie et de la santé, je n’ai eu de cesse d’étudier, de lire, de participer à des séminaires, puis par la suite, de donner à mon tour de nombreuses conférences pour partager mes découvertes et mes expériences, enseigner les origines des maladies et de la souffrance et les moyens de prévenir les échecs de l’existence.

Ce n’est pourtant pas à cause de mes qualités intellectuelles, ni par mes efforts, ni grâce aux participations aux séminaires de développement personnel animés par des coaches de renom que j’ai découvert le sens profond de mon existence et enfin obtenu la réponse à une grande partie de mes interrogations.
Alors que je pensais être sur le point de « me trouver », j’ai vécu à mon grand étonnement la plus belle rencontre qui puisse être donné de vivre : la fulgurante révélation du Dieu vivant qui m’a fait la grâce de se manifester lors d’un séminaire de jeûne, de prière et de délivrance deux semaines après mes fiançailles traditionnelles à Ouagadougou au Burkina Faso en août 2014.

Il n’y a rien de plus beau, de plus merveilleux, de plus puissant, de plus extraordinaire, de plus heureux, de plus miraculeux, de plus libérateur que de voir, de sentir et de recevoir la gloire et l’amour de Dieu par la présence de son Esprit-Saint.
A travers cette présence inoubliable dans laquelle j’aurais tant aimé rester pour l’éternité, j’ai ressenti l’intime conviction que ma vie venait d’être transformée pour toujours.
En effet, la peur qui me paralysait évanouie comme par enchantement, le poids des étouffantes et lourdes chaînes qui m’enserraient disparu, pour la première fois de ma vie je criais de joie, une joie que je n’avais jamais connue auparavant.
Sans comprendre ce qui m’arrivait, j’avais l’inébranlable certitude que je venais de découvrir sans pouvoir le définir « CELUI » que je recherchais ardemment depuis ma plus tendre enfance.

Une multitude de solutions mais…

C’est ainsi qu’avec un cœur renouvelé et reconnaissant, débutait un profond et douloureux processus de guérison, bien plus efficace et durable que toutes les thérapies psychologiques, énergétiques, spirituelles que j’avais expérimentées durant les décennies précédentes.
La révélation de la puissance guérisseuse surnaturelle de Dieu dans mon corps et mon âme associée à l’observation des manifestations cliniques de
ma clientèle, comme un rideau qui ouvrait mon esprit ténébreux à la lumière éblouissante de la connaissance et de la reconnaissance, me révélaient des secrets, des évidences, combien le corps et plus particulièrement la peau étaient à la fois les victimes inconscientes et les lanceurs d’alertes éclairant d’un mode de vie inadapté, rebelle et irrespectueux des lois naturelles et spirituelles sensées nous maintenir dans une santé, un bonheur et une sécurité parfaits.

( Proverbes 3.5-8 )
5 Confie-toi en l’Éternel de tout ton coeur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse ;
6 Reconnais-le dans toutes tes voies, Et il aplanira tes sentiers.
7 Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l’Éternel, et détourne-toi du mal:
8 Ce sera la santé pour tes muscles, Et un rafraîchissement pour tes os.

Naissance du concept Swiss Skin Care Concept

Mon expertise dans le traitement des cicatrices et des maladies de peau trouve son origine il y a 20 ans, lors de l’adoption de ma fille Maïlane au VietNam. Agée de 4 mois et demi, alors que je rayonnais de joie et d’amour lorsque la Sœur de l’orphelinat la déposa dans mes bras, je découvris qu’une énorme cicatrice fibreuse hypertrophique défigurait son joli front.

Bien que directeur d’un cabinet de physiothérapie et de naturopathie, j’ignorais tout de la problématique des cicatrices. Il m’a fallu de nombreuses recherches sur internet pour découvrir une technique mécanique de massage, la dépresso-technologie inventée par un médecin français pour soulager les physiothérapeutes dans leur pratique quotidienne.
Contacté aussitôt, le Dr K. me convainc de venir suivre deux formations au sein de son institut, confiant qu’à force de persévérance, cette « verrue » inesthétique qui auraient pu avoir des conséquences fâcheuses pour l’avenir de ma fille ne serait bientôt qu’un lointain souvenir.

En effet, deux ans après le début du traitement, toute trace de cicatrice avait disparu, la peau ayant retrouvé comme par miracle un aspect normal, souple et coloré.

Plusieurs personnes de ma clientèle, étonnées de constater semaine après semaine la disparition progressive de la cicatrice sur le front de ma fille, m’ont demandé si je pouvais également soulager les cicatrices dont elles ne m’avaient jamais parlé auparavant.
J’ai alors commencé à traiter divers types de cicatrices pathologiques, des plus récentes chez le nouveau-né, des plus ou moins anciennes chez des adolescent(e)s ou chez des personnes plus âgées, ainsi que des problèmes cutanés aux origines variées et parfois fort lointaines.

C’est ainsi qu’est né le concept unique de soin Swiss Skin Care Concept, qui associe la maîtrise d’une technique de traitement de peau spécifique pour le corps à une expérience personnelle de délivrance psychologique et spirituelle. Elle permet de comprendre et d’appréhender non seulement les processus, mais également le sens des maladies ou des perturbations cutanéo-muqueuses.

La vie n’est pas un jeu de hasard
Le processus de guérison que Dieu a initié dans ma vie m’apprends chaque jour que l’homme est une création extraordinairement complexe, maintenue en vie selon des lois dont la précision dépasse l’imagination humaine et les possibilités de calculs des ordinateurs les plus puissants.
Vous avez probablement expérimenté comment, au même titre que l’émission d’un coup de klaxon brutal, une minuscule piqûre d’aiguille sur la peau peut influencer en une fraction de seconde le fonctionnement de l’organisme au niveau des fonctions hormonale, émotionnelle, nerveuse, métabolique, digestive, musculaire, respiratoire, circulatoire, éliminatoire, cutanée…

Cette observation simple devrait nous amener à réfléchir sur la pertinence d’accepter de manière irréfléchie l’application d’un traitement chimique ou « naturel » comme par exemple vaccination, chimiothérapie, antalgie, cryothérapie, laser ou de pratiques en vogue telles que moxa, incantations ésotériques, soins énergétiques, yoga, méditation, hypnose, crèmes aux effets rapides et magiques sans tenir compte des possibles conséquences imprévisibles et néfastes plus ou moins visibles à court, moyen ou long terme.

Formation, caractère et sagesse
« Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions ». ( Ephésiens 2.10 )

Le soignant est un instrument de guérison dans la main de Dieu.
De par lui-même, il n’a aucun pouvoir intrinsèque ou en provenance d’une autre source que celle fourni par l’inventeur qui l’a modelé selon sa volonté pour accomplir les œuvres préparées bien avant la création du monde.
Tout ce qui est bon vient uniquement de Dieu. Ce qui est bon bénit.

Tout don ou talent qui ne vient pas de Dieu provient d’une source spirituelle magique ou occulte. Leur utilisation aura trois trois types d’effets : nul, apparemment efficace, néfaste dans tous les cas.
Ce qui n’est pas bon peut démontrer une certaine efficacité, parfois avec un effet immédiat spectaculaire, mais attention ! Le bien-être apparent ne sera jamais définitif et malheureusement il faudra s’attendre à en payer un lourd tribut, car « la facture » sera tristement salée autant pour le thérapeute que pour celui qui bénéficie du traitement !!!
J’en suis un témoin miraculé.

L’efficacité naturelle d’un soin dépend avant tout du caractère du thérapeute, ensuite de la qualité de sa formation, enfin de la maîtrise du soin liée à expérience et du développement des dons qui le caractérisent.
Le caractère va déterminer la sagesse et le discernement avec lesquels les soins et les traitements vont être choisis pour produire les résultats les plus efficients avec le minimum de risques en lien avec les besoins spécifiques de la personne.

C’est avec un esprit humble et enthousiaste que j’aimerais partager avec vous, à travers mes soins et mes consultations, les fruits issus d’une vie personnelle et professionnelle enrichie grâce aux victoires sur l’adversité et à l’affermissement d’une foi envers Celui qui peut tout en tout, qui transforme par sa grâce les échecs en bénédictions pour ceux ou celles qui comme moi, sont à la recherche légitime d’une santé et d’une beauté qui dépassent les frontières de la peau pour se réconcilier avec le cœur et la joie de notre Créateur.
A cet égard, j’ai tenu à élaborer une charte de déontologie pour situer le cadre éthique dans lequel vous entrez et qui dévoile le parfum de bonne odeur qui embaumera vos soins.

Contactez-moi

Contactez-moi pour toute questions ou pour prendre rendez-vous.

Contactez-moi